Economie

La Bolivie, la Colombie, l’Équateur et le Pérou signent un accord sur la libre circulation, le séjour et le travail

Les citoyens de ces pays peuvent à partir de ce mercredi 11 août 2021, résider, travailler et se déplacer librement à travers les quatre territoires, selon la soi-disant « décision 878 » promue par la Communauté andine des nations, qui établit le statut de migration andine. .

La liberté de circulation, de résidence et de travail des citoyens parmi les quatre pays qui composent la Communauté andine (Bolivie, Colombie, Équateur et Pérou) est la clé du nouveau statut migratoire andin qui est entré en vigueur ce mercredi.

La soi-disant « décision 878 », promue par la CAN, ouvre la porte à l’intégration des 111 millions d’habitants de l’espace régional, a déclaré le secrétaire général de la Communauté andine des nations (CAN), Jorge Hernando Pedraza, dans un entretien avec l’agence EFE.

La nouvelle réglementation comporte trois clés principales : la circulation, la résidence temporaire et la résidence permanente.

Circulation

Les citoyens de la CAN peuvent entrer en tant que touristes – pour une durée de 90 jours, prorogeable pour une durée égale – dans les pays membres sur simple présentation d’une pièce d’identité nationale en cours de validité.

Dans un délai de 36 mois, les pays de la CAN doivent mettre en place des guichets d’immigration spéciaux pour le transit de leurs citoyens.


Résidence temporaire

Si un citoyen souhaite résider dans un autre pays membre de la CAN, il peut demander un séjour temporaire au consulat du pays de destination ou directement dans le pays d’accueil, quel que soit son statut d’immigration.

La durée du séjour temporaire est de deux ans, renouvelable de deux ans.

Avec cette résidence, ils pourront entrer, sortir, circuler et rester librement dans leur pays d’immigration, après avoir accompli les formalités établies.

Ils peuvent également exercer toute activité pour leur propre compte ou pour un tiers, dans les mêmes conditions que les ressortissants du pays d’accueil.

Les conditions pour accéder à la résidence sont : un titre de voyage valable six mois, un extrait de casier judiciaire en cours de validité, avoir payé les frais administratifs correspondants et en faire la demande formelle.

Résidence permanente

Pour demander la résidence permanente, les citoyens de la CAN doivent le faire 90 jours avant l’expiration de leur résidence temporaire. Une fois obtenue, la résidence sera à durée indéterminée.

Aux documents fournis pour acquérir la résidence temporaire, ils doivent ajouter une attestation des moyens de vie légaux qui permettent leur subsistance et celle de leur groupe familial, le cas échéant.

La résidence permanente vous permet d’exercer toute activité professionnelle, seul ou pour un tiers, dans les mêmes conditions que les ressortissants du pays d’accueil. Ils jouiront également des mêmes droits et libertés civils, sociaux, culturels et économiques.

Avec EFE