Economie

Joe Biden : il est temps « d’enterrer » le modèle économique néolibéral en Amérique

Le président des États-Unis, Joe Biden, a déclaré ce jeudi lors du IX Sommet des Amériques qu’il est temps de mettre à jour le néolibéralisme et d’adopter des politiques qui favorisent des emplois mieux rémunérés.

« Nous devons mettre à jour notre recette de mon point de vue pour la croissance économique. À mon avis, il est temps d’enterrer l’économie de ruissellement. » Par cette phrase, le chef de la Maison Blanche a invité les hommes d’affaires du continent américain à sortir du néolibéralisme comme modèle économique.

L’économie de ruissellement, aussi appelée « trickle down » est une théorie qui a connu un grand essor sous la présidence de l’américain Ronald Reagan (1981-1989), et qui propose de réduire les impôts sur les entreprises et les classes supérieures pour stimuler l’investissement.

Biden a attaqué ce modèle, comme l’ancien président Barack Obama l’avait fait à l’époque, et a déclaré que les recettes néolibérales génèrent « une plus grande inégalité, une croissance plus faible, moins de concurrence et moins d’innovation ».

« Vous pouvez faire n’importe quel travail en payant de bons salaires et en respectant les droits des travailleurs », a défendu le président lors d’un événement au Sommet des Amériques à Los Angeles.

Les États-Unis proposent un partenariat économique régional

Laissant de côté la controverse sur la liste des invités de l’événement, le président américain a invité les dirigeants des Amériques à créer une nouvelle association économique pour contrer les incursions économiques croissantes de la Chine dans la région.

« Je continuerai à travailler comme je le faisais lorsque j’étais vice-président, avec Barack Obama, pour promouvoir le commerce et l’investissement dans les énergies propres », a déclaré Biden à ses collègues lors de la première session plénière de la réunion.

Dans ce qu’il a décrit comme le « Partenariat des Amériques pour la prospérité économique », Biden a déclaré que son objectif était de rapprocher les chaînes d’approvisionnement, de réformer la Banque interaméricaine de développement, de rationaliser les investissements et de mettre l’action climatique « en surmultipliée ».

Les responsables américains ont ouvertement accusé la Chine de pousser les accords dans les pays en développement avec des conditions qui les accablent d’une dette à plus long terme.

Avec EFE et Reuters