Israël exclut de se joindre à une initiative promue par Macron pour apaiser les tensions avec le Liban

Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre à Gaza

Le ministre de la Défense d'Israël, Yoav Gallant, a exclu ce vendredi que le pays se joigne à une initiative promue par le président français, Emmanuel Macron, visant à créer un groupe de contact « trilatéral » avec les États-Unis pour tenter de réduire les tensions à la frontière avec le Liban, après plus de huit mois d'affrontements entre l'armée israélienne et la milice chiite Hezbollah.

« Israël ne fera pas partie du cadre trilatéral proposé par la France », a-t-il déclaré, avant de déclarer que « tandis qu'Israël mène une guerre juste pour défendre son peuple, la France a adopté des politiques hostiles contre Israël ». « Ce faisant, la France ignore les atrocités commises par le Hamas contre les enfants, les femmes et les hommes israéliens », a-t-il critiqué à travers son compte sur le réseau social X.

Macron a déclaré jeudi dans le cadre du sommet du G7 en Italie que la France, les Etats-Unis et Israël allaient travailler dans un format « trilatéral » sur une « feuille de route » pour tenter de réduire les tensions à la frontière entre Israël et le Liban. « Nous partageons tous une inquiétude quant à la situation à la frontière avec le Liban, notamment avec les Etats-Unis », a-t-il déclaré.

Israël et le Hezbollah – soutenus par l'Iran et disposant d'un poids politique important au Liban – entretiennent depuis le 8 octobre une série d'affrontements, à la suite des attaques menées le 7 octobre par le Mouvement de la résistance islamique (Hamas) contre le territoire israélien, qui ont fait quelque 1 200 morts. morts et près de 240 kidnappés.

Les tensions se sont accrues ces dernières semaines et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a averti la semaine dernière que l'armée israélienne « était prête à une action très puissante » à la frontière avec le Liban. En réponse, le « numéro deux » du Hezbollah, Naim Qassem, a averti lundi qu'une expansion du conflit entraînerait « la dévastation et la destruction » en Israël.

A lire également