La France

HRW dénonce les autorités françaises soumettant les migrants à des « traitements dégradants » dans les camps de Calais

L’ONG Human Rights Watch a dénoncé l’existence de responsables français qui soumettent « régulièrement » les migrants, adultes et mineurs, à des « traitements dégradants », vivant dans les camps situés dans la ville de Calais, dans le nord de la France.

L’organisation a publié un rapport sous le titre « Misère forcée : le traitement dégradant des enfants et adultes migrants dans le nord de la France », qui documente « des opérations d’expulsion massives à répétition, un harcèlement policier quasi quotidien et des restrictions à la fourniture et à l’accès à l’aide humanitaire ». .

C’est pourquoi la directrice de HRW pour la France, Benédicte Jeannerod, a déploré que « soumettre les gens à des harcèlements et des humiliations quotidiennes n’est jamais justifiable (…) Si l’objectif est de dissuader les migrants de se rassembler dans le nord de la France, ces politiques sont un manifeste échec et causer de gros dégâts », a déclaré l’ONG dans un communiqué.

À la mi-2021, environ 2 000 personnes, dont au moins 300 mineurs non accompagnés, séjournaient dans les camps de Calais et, selon des groupes humanitaires, plusieurs centaines d’autres se trouvaient dans une forêt à Grande-Synthe, adjacente à la ville de Dunkerque.

Ainsi, l’ONG a montré que la Police exige habituellement des migrants qu’ils quittent temporairement le lieu où ils séjournent et c’est à ce moment-là qu’ils confisquent, et souvent détruisent, tentes, bâches et sacs de couchage que les migrants n’ont pas pu emporter. avant que tu partes.

La police a soumis la plupart des camps de Calais à ces opérations d’expulsion de routine tous les deux jours en 2020 et au premier semestre 2021, tandis qu’à Grande-Synthe, ces expulsions avaient lieu une à deux fois par semaine, précise HRW.

Dans le même temps, les agents expulsent également périodiquement tous les membres d’un camp en prétendant qu’il s’agit d’opérations d’hébergement, mais seul un toit est fourni pour quelques jours. Tout cela à travers un processus qui ne garantit pas la sécurité ou la protection des mineurs non accompagnés, tel que rapporté par l’organisation.

Par conséquent, ces pratiques laissent les enfants et les adultes constamment en alerte et concentrés sur leur survie quotidienne. « Beaucoup sont émaciés, privés de sommeil et, comme l’a observé le Bureau du Médiateur français en septembre 2020, ‘dans un état d’épuisement physique et mental’ », a déploré Human Rights Watch.

Ces attitudes des agents de sécurité s’accompagnent également de restrictions juridiques et pratiques à l’accès de l’aide humanitaire au site, selon l’ONG. Il existe des ordonnances locales qui interdisent la distribution de nourriture et d’eau par des groupes d’aide dans le centre-ville.

En principe, l’abri d’urgence est accessible à toute personne qui en a besoin en France, mais le système est surchargé. Les refuges à Calais sont souvent pleins et les hébergements d’urgence sont encore plus limités pour ceux de Grande-Synthe, où il n’y a même pas de toilettes.

« Les exilés ne voyagent pas dans le nord de la France parce qu’ils ont entendu dire qu’ils pouvaient camper dans la forêt ou rester sous un pont. Ils ne viennent pas parce que les groupes leur donnent de la nourriture et de l’eau. Ils viennent parce que c’est là que les frontière est », a ajouté la coordinatrice de l’organisation Utopia 56, Charlotte Kwantes, qui laisse entendre que la véritable attraction des migrants à se rendre à Calais est sa proximité avec le Royaume-Uni – à seulement 30 kilomètres de l’autre côté du détroit du Pas de Calais.

Pour toutes ces raisons, HRW a finalement exhorté l’UE à créer un système de partage des responsabilités entre les États membres « qui évite de stresser injustement les premiers pays d’arrivée et de destination les plus populaires, et qui tienne compte des liens familiaux et sociaux, ainsi que des les préférences individuelles des demandeurs d’asile.

Pour sa part, le gouvernement du Royaume-Uni devrait développer des moyens sûrs et légaux permettant aux migrants de s’y rendre à la recherche d’un refuge, de retrouver des parents ou de travailler ou d’étudier, a-t-il affirmé.

« Les autorités françaises devraient abandonner leur manuel raté envers les migrants des cinq dernières années », a tranché Jeannerod, qui a invité à proposer « une nouvelle approche pour aider les gens, ne pas les harceler et les abuser à plusieurs reprises ».