Ecologie

Greta Thunberg et les cinq demandes d’autres militants écologistes aux dirigeants de Glasgow

Ces jours-ci, les militants écologistes du monde entier font de fortes demandes aux dirigeants mondiaux réunis à la COP26. Parmi eux, la militante suédoise Greta Thunberg, qui, avec trois autres leaders de la jeunesse, a envoyé une lettre ouverte contenant cinq demandes spécifiques pour arrêter le changement climatique que les gens du monde entier peuvent signer. L’objectif est de faire pression pour que les pays tiennent – et augmentent – leurs engagements face à la crise climatique.

Les signataires augmentent de seconde en seconde. La lettre ouverte de l’activiste suédoise Greta Thunberg, de l’Ougandaise Vanessa Nakate, de la Polonaise Dominika Lasota et de la Philippine Mitzi Tan est une sensation virale qui rend visible l’inquiétude face à la crise climatique des peuples du monde entier.

La lettre a été lancée sur la plateforme Avaaz au milieu du sommet sur le climat COP26, la réunion des Nations Unies qui rassemble les chefs d’État et de gouvernement du monde entier afin de débattre des principaux défis environnementaux et de fixer des objectifs concrets pour les arrêter. .

En ces premiers jours, les spots médiatiques se sont concentrés sur les discours hégémoniques des politiciens. Cependant, plusieurs militants du climat se sont également rendus à Glasgow, en Écosse, le site du sommet, avec des exigences claires.

Des militants d'Extinction Rebelion se tiennent devant des policiers alors qu'ils protestent lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26) à Glasgow, en Écosse.

Des militants d’Extinction Rebelion se tiennent devant des policiers alors qu’ils protestent lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26) à Glasgow, en Écosse. © Hannah McKay / Reuters

Loin de l’optimisme et de la fierté dont font preuve les principaux dirigeants mondiaux quant à leurs engagements, il contraste avec le cri d’une génération de jeunes qui accuse la classe dirigeante de « trahison ». Parmi eux Thunberg, qui a lancé la pétition mondiale avec les cinq pétitions suivantes, pour lesquelles il appelle, avec beaucoup d’autres, à une action immédiate.

Agir immédiatement pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5°C

Le premier point de la lettre envoyée à Glasgow appelle les dirigeants mondiaux à « maintenir en vie l’objectif chéri » de maintenir la température mondiale en dessous de 1,5 ° C et d’y parvenir avec des réductions annuelles immédiates des émissions de gaz à effet de serre, « comme jamais auparavant dans le monde,  » dit la lettre.

Et c’est que le peu de mise en œuvre des promesses faites lors des sommets précédents font douter de nombreux militants du sérieux des pays. En 2015, l’Accord de Paris a été signé, dans lequel les pays rattachés se sont engagés à maintenir l’augmentation de la température moyenne mondiale en dessous de 2 °C et de pouvoir être inférieure à 1,5 °C.

Mais cet engagement n’a pas été suivi d’actions pour le remplir. L’ONU a averti la semaine dernière que le chiffre pourrait atteindre 2,7 degrés Celsius par rapport à l’ère préindustrielle et même, dans un scénario dans lequel le modèle de consommation actuel ne changerait pas, le monde pourrait atteindre 4 ºC.

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement a averti qu’il n’y a que 8 ans pour réduire de moitié les émissions. « Pour avoir une chance de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, nous avons huit ans pour réduire de près de moitié les émissions de gaz à effet de serre (…). Le temps presse », a déclaré la directrice exécutive du PNUE, Inger Andersen, dans une déclaration.

Pour atteindre les objectifs, il faut freiner les émissions de gaz à effet de serre, mais en 2020 et, malgré la pandémie, un nouveau record de concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère a de nouveau été enregistré.

Mettre fin immédiatement à la promotion des combustibles fossiles

La deuxième demande des militants est de « cesser immédiatement tous les investissements, subventions et nouveaux projets liés aux combustibles fossiles et d’arrêter les nouvelles explorations et extractions » de ces sources d’énergie.

Une demande qui ne trouve pas d’écho dans le monde. L’OCDE et l’Agence internationale de l’énergie (AIE) ont averti que de nombreux pays sont attirés par les subventions aux combustibles fossiles pour atténuer la hausse des prix que connaissent les consommateurs après la crise économique de la pandémie, entre autres raisons.

Selon les données de l’OCDE, les subventions à la consommation vont monter en flèche cette année, dans 42 pays analysés, 244 % par rapport à 2020, portant le montant à 440 000 millions de dollars. Un chiffre qui tranche avec celui de 2020, où, après l’effondrement des prix dû à la pandémie, les subventions ont été réduites à 180 000 millions de dollars.

Images d'une usine polluante en France.

Images d’une usine polluante en France. © Michel Euler / AP

Cette tendance à miser sur les énergies fossiles pour pallier les dégâts économiques contraste avec les promesses entendues lors de la COP26. Au niveau mondial, 49 pays, et l’Union européenne dans son ensemble, ont promis d’atteindre un état de neutralité carbone d’ici 2050.

Par ailleurs, l’ONU indique que sur le G20, le groupe des vingt pays développés et émergents, seuls dix membres « sont susceptibles » de réaliser leurs engagements initiaux suivant les politiques actuellement appliquées.

En fait, on craint également que seuls quelques pays dans le monde aient actuellement un prix du carbone suffisamment élevé pour pousser les pollueurs à réduire leurs émissions et à se tourner vers d’autres sources d’énergie.

Avec cette série de politiques en place, la pression des militants devient de plus en plus notoire et nécessaire pour que les dirigeants tiennent leurs promesses environnementales et que celles-ci ne restent pas seulement dans les gros titres.

Transparence dans les chiffres du carbone qui est expulsé dans l’atmosphère

La prochaine demande est de mettre fin à ce que certains militants appellent la « comptabilité créative du carbone » (indices qui ne tiennent pas compte de toutes les émissions de gaz) en publiant les émissions totales de tous les indices de consommation, y compris « les chaînes d’approvisionnement, l’aviation et le transport maritime international et la combustion de la biomasse », la lettre indique.

C’est l’une des plaintes récurrentes de la militante suédoise Greta Thunberg.

En août, lorsque Boris Johnson, Premier ministre du Royaume-Uni, a annoncé qu’il avait réduit les émissions de gaz dans l’atmosphère de 42 % par rapport aux niveaux de 1990, Thunberg a qualifié le message de « mensonge », accusant le pays britannique de « comptabiliser le carbone Créatif « .

L’activiste dénonce que les dirigeants mondiaux augmentent leurs chiffres sur la lutte contre le changement climatique en publiant des bilans qui souvent n’incluent pas les émissions causées par l’aviation, le transport maritime, la sous-traitance ou les importations à la consommation, entre autres.

Financer la transformation climatique des pays pauvres

Une autre demande est de livrer « 100 milliards de dollars » que les pays riches ont promis aux pays plus vulnérables au changement climatique et disposant de moins de ressources et, en plus, d’accorder des « fonds supplémentaires » à ces nations pour les catastrophes climatiques qui en présentent déjà beaucoup, comme les inondations, les incendies de forêt ou les sécheresses.

Les accords de Paris de 2015 prévoyaient l’obligation pour les pays riches, responsables de 75 % des émissions de gaz à effet de serre, de collecter entre 2020 et 2025, 100 000 millions de dollars par an pour les pays en développement, avec l’objectif de lutter contre le changement climatique.

Cependant, l’OCDE a publié un rapport qui indiquait qu’en 2020, ils n’avaient levé que 79,6 milliards de dollars de celui correspondant à cette année-là. De plus, l’organisation a été sceptique et ne pense pas que le déficit de financement puisse être comblé avant 2023.

Précisément, dans son discours, le président français, Emmanuel Macron, a également fait référence à la nécessité de vérifier que l’argent parvient à ces pays.

Sur cette photo publiée par le bureau de presse de la présidence colombienne, les maisons ont été laissées en ruines après le passage de l'ouragan Iota sur l'île de Providencia, en Colombie, le mardi 17 novembre 2020.

Sur cette photo publiée par le bureau de presse de la présidence colombienne, les maisons ont été laissées en ruines après le passage de l’ouragan Iota sur l’île de Providencia, en Colombie, le mardi 17 novembre 2020. © Efrain Herrera / AP

« Les pays d’Afrique, du Pacifique, des Caraïbes et d’Amérique latine et d’Amérique du Sud qui en ont le plus besoin ne sont pas ceux qui reçoivent le plus de ce financement, on le sait », a dénoncé Macron dans son discours au sommet des dirigeants de la COP26 à la Ville écossaise de Glasgow.

Pour leur part, les pays en développement disent qu’ils ne peuvent pas passer à une économie à faible émission de carbone sans le soutien financier des pays les plus riches, qui sont historiquement les principaux responsables des émissions de carbone.

Des politiques climatiques qui réduisent toutes les formes d’inégalités

Le dernier point de la lettre exhorte les dirigeants politiques à mettre en œuvre non seulement des politiques climatiques pour lutter contre le réchauffement climatique, mais aussi pour protéger les travailleurs et les citoyens « les plus vulnérables » afin de réduire « toutes les formes d’inégalités ».

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a signalé l’augmentation du nombre de migrants dans différentes régions de la planète en raison des effets du changement climatique, de phénomènes tels que les températures extrêmes, l’élévation du niveau de la mer, les sécheresses ou les tempêtes.

Paradoxalement, ce sont les populations les moins responsables du changement climatique qui sont les plus vulnérables à ses conséquences. Selon la Croix-Rouge, depuis le début de la pandémie, les catastrophes liées au climat ont gravement affecté la vie d’au moins 139 millions de personnes et sur les 25 pays les plus vulnérables au changement climatique, 14 sont également embourbés dans des conflits armés.

C’est pourquoi l’organisation a demandé, dans le cadre de la COP26, que les pays accordent une attention portée aux personnes les plus vulnérables, qu’ils augmentent les financements pour l’adaptation des pays et des communautés pauvres, qu’ils investissent dans la prévention, qu’ils convertissent les engagements du monde entier en actions locales et qui protègent l’environnement en respectant le droit international humanitaire.

La COP 26 s’achèvera le 12 novembre et après de multiples promesses des dirigeants, il ne restera plus qu’à voir dans les années à venir quelle est la véritable portée de ces discours.

Pour l’instant, des milliers d’activistes font pression pour que les actions se concrétisent. La lettre à Glasgow, qui a été publiée après le début du sommet, a atteint, en quelques jours seulement, plus de 1 560 000 signatures.

Avec EFE, Reuters et AP