Sport

Enquête sur les agressions racistes contre des joueurs anglais après la finale du Championnat d’Europe

Après la défaite de l’équipe anglaise en finale de l’Eurocup, plusieurs footballeurs ont été victimes d’insultes discriminatoires pour avoir failli à leurs charges depuis le point de penalty. Ce qui s’est passé à Wembley révèle, une fois de plus, l’étendue du racisme dans le football européen.

Marcus Rashford, Jadon Sancho et Bukayo Saka, trois des footballeurs anglais qui ont raté leurs tirs au but, ont reçu des centaines de messages racistes après la finale à Wembley le 11 juillet. Les insultes des supporters ont été rejetées par diverses personnalités publiques du pays et ont éclipsé les performances de l’équipe nationale au championnat.

Le directeur technique anglais, Gareth Southgate, a qualifié en conférence de presse d' »impardonnables » les messages adressés à ses joueurs. En outre, il a déclaré que la sélection avait été « un rayon de lumière pour rassembler les gens et que la sélection représente le monde entier, de sorte que l’unité doit continuer ».

Le rejet des commentaires racistes a été rejoint par le prince William, qui a affirmé que de telles actions sont « inacceptables » et a ajouté qu’il se sentait « malade » à cause des abus auxquels les joueurs de l’équipe nationale ont dû faire face.


La Fédération anglaise de football s’est également exprimée dans un communiqué dans lequel elle s’est engagée à lutter contre les discriminations dans le football. « Nous ferons tout notre possible pour éliminer la discrimination du jeu, mais nous implorons le gouvernement d’agir rapidement et d’adopter la législation appropriée pour que ces abus aient des conséquences », indique le texte.

En outre, la police anglaise a ouvert une enquête pour retrouver les responsables des publications racistes et d’autres actes discriminatoires, tels que la dégradation d’un graffiti de Marcus Rashford sur le mur d’un café de Manchester.

Au milieu de la polémique, l’actuel Premier ministre anglais Boris Johnson s’est exprimé à travers un tweet dans lequel il a défendu les joueurs qu’il a qualifiés de « héros » et a déclaré que les responsables devraient avoir « honte ».


Cependant, la déclaration du président a été fortement critiquée, car elle se produit au milieu du rejet apparent de Johnson des actions symboliques contre le racisme par les joueurs de l’équipe nationale avant les matchs.

A plusieurs reprises, l’équipe s’est agenouillée pour délivrer un message de soutien au mouvement Black Lives Matter. L’acte a été hué par les fans et Johnson lui-même a été critiqué pour avoir prétendument incité au refoulement.

Ainsi, les insultes racistes après la finale de l’Eurocup montrent, une fois de plus, que le racisme est toujours de mise dans le football européen.

La controverse derrière Black Lives Matters dans le football

Des semaines avant les incidents survenus après la finale de la Coupe d’Europe, Southgate avait publié une lettre ouverte expliquant les actions de ses joueurs contre la discrimination raciale. Le texte disait qu’il était du « devoir » des footballeurs « de continuer à interagir avec les gens sur des questions telles que l’égalité, l’inclusion et l’injustice raciale ».

Le soutien et l’unité de l’équipe pour Black Lives Matters sont évidents. La preuve en était l’acte continu de s’agenouiller avant les matchs, imitant la protestation du joueur de football américain Colin Kaepernick.

Des joueurs anglais s'agenouillent contre le racisme lors d'un match d'Eurocup.
Des joueurs anglais s’agenouillent contre le racisme lors d’un match d’Eurocup. © John Sible / AP

Cependant, l’action n’a pas été bien reçue par certains Anglais. En effet, la ministre de l’Intérieur Priti Patel a déclaré il y a quelques semaines qu’elle ne soutenait pas les footballeurs à genoux et qu’il appartenait aux supporters s’ils étaient hués.

Bien que peu de temps après avoir sympathisé avec les joueurs pour les insultes racistes, des personnes comme le leader travailliste Keir Stramer ont critiqué les dirigeants pour leurs déclarations paradoxales : « Les actions et les paroles des dirigeants et l’inaction des dirigeants ont des conséquences.

Les faits racistes surviennent alors que l’équipe d’Angleterre a été largement saluée pour sa diversité et son engagement social. C’est une équipe jeune, un échantillon d’une Angleterre hétérogène et avec des actions comme Rashford lui-même qui a promu des campagnes contre la pauvreté des enfants.

Racisme de longue date dans le football européen

Ce n’est pas la première fois que le racisme ternit le football européen. Bien que l’Union européenne des associations de football (UEFA) se soit engagée depuis des années dans la lutte contre le racisme avec une résolution de « tolérance zéro », en réalité, il reste un long chemin à parcourir.

Récemment, un événement sans précédent s’est produit en Ligue des champions lors du match entre le PSG et Istanbul Basaksehir. Les deux équipes ont pris la décision de quitter le terrain de jeu après que le quatrième officiel a référé à l’assistant de l’équipe turque avec un commentaire apparemment raciste.

Les joueurs du PSG et d'Istanbul Basaksehir quittent un match après les déclarations racistes du quatrième officiel.
Les joueurs du PSG et d’Istanbul Basaksehir quittent un match après les déclarations racistes du quatrième officiel. © FRANCK FIFE / AFP

Mais ce n’est pas le seul parti où le racisme s’est imposé. Bien connue est la scène dans laquelle l’ancien joueur de Barcelone Dani Alves a mangé une banane jetée des tribunes en regardant les fans. Alves n’est qu’une des nombreuses fois où des fruits ont été jetés sur des joueurs noirs en signe d’acte raciste.

Par ailleurs, plusieurs joueurs comme Iñaki Williams, de l’Athletic Club, Moussa Marega, de Porto, parmi tant d’autres, ont dénoncé avoir été victimes de propos racistes.

Le rôle des réseaux sociaux

Les actes racistes sont également passés du terrain de jeu aux médias sociaux. L’énorme quantité de posts pleins d’insultes envers les joueurs dimanche en atteste.

Par conséquent, le technicien et la Fédération anglaise ont appelé les sociétés de médias sociaux à prendre des mesures énergiques contre de tels abus.

La Fédération a explicitement appelé à garantir que les plateformes « sont exemptes d’abus abominables ». À cet égard, Facebook a indiqué avoir tenté d’éliminer le plus rapidement possible les contenus racistes et a exhorté ses utilisateurs à utiliser les outils disponibles sur la plateforme pour bloquer lesdits commentaires.

De son côté, Twitter a affirmé que les « abus racistes » n’ont pas de place sur sa plateforme. En outre, il a déclaré avoir supprimé plus d’un millier de tweets pour avoir enfreint les règles de sa communauté.

En parallèle, le gouvernement britannique travaille sur des lois pour protéger les utilisateurs de plateformes numériques des commentaires discriminatoires et offensants, ainsi que des menaces et du harcèlement.

Avec AP, EFE et Reuters

gestioninclusive@gmail.com