Economie

Elon Musk suspend un accord de rachat de 44 milliards de dollars sur Twitter

Le PDG de Tesla, Elon Musk, a assuré qu’il était toujours engagé dans l’acquisition du réseau social Twitter. Cependant, il a suspendu temporairement l’accord, les détails « en attente » soutenant l’estimation par la société du spam ou des faux comptes.

Où d’autre, mais sur Twitter, le milliardaire Elon Musk a annoncé qu’il avait temporairement « suspendu » l’accord qu’il avait conclu pour conserver 100% du réseau social pour environ 44 000 millions de dollars.

Le fondateur du constructeur de voitures de luxe Tesla a déclaré vendredi à ses plus de 92 millions de followers qu’il attendait que le réseau social lui donne des données sur la proportion de ses faux comptes, qu’il a précédemment calculée à 5% du total.

Accompagnant son annonce, Musk a tweeté un article de Reuters d’il y a 10 jours qui citait les chiffres des faux comptes, ce que Twitter a déclaré être une estimation et a averti que le nombre réel pourrait être plus élevé.


Une décision de Musk pour baisser le prix de Twitter ?

Le nombre estimé de comptes de spam sur le site de microblogging est resté stable en dessous de 5 % depuis 2013, selon les documents réglementaires de Twitter, ce qui a conduit certains analystes à se demander pourquoi Musk en parlait tout à l’heure.

« Cette mesure de 5% existe depuis un certain temps. Il est clair que je l’aurais déjà vue. Cela pourrait donc bien faire partie d’une stratégie visant à faire baisser les prix », a déclaré à Reuters l’analyste de Hargreaves Lansdown, Susannah Streeter.

En effet, les actions de cette société à la Bourse de New York ont ​​ouvert vendredi à un peu plus de 40 dollars, bien en dessous du cours de négociation de 54,20 dollars par action.

Les actions technologiques ont chuté ces dernières semaines, au milieu des inquiétudes des investisseurs concernant l’inflation galopante et un ralentissement économique potentiel.

Une stratégie largement connue sur le marché

En bourse, il existe de nombreux précédents de renégociations de prix en pleine récession. Lorsque la pandémie de Covid-19 a éclaté, plusieurs entreprises ont modifié le prix convenu en raison de l’impact économique mondial.

L’affaire médiatique la plus récente est celle du détaillant français Louis Vuitton, qui a menacé de revenir sur un accord d’achat du joaillier américain Tiffany & Co. Au final, le vendeur a accepté de réduire le prix d’origine de 425 millions de dollars pour renoncer au propriété pour 15,8 milliards de dollars.

Dans ces cas, les repreneurs recourent parfois à des clauses leur permettant de se débarrasser de l’entreprise lorsque l’entreprise a subi un préjudice important. Mais l’accord Twitter ne le rend pas si facile. En fait, Musk est contractuellement obligé de payer à Twitter des frais de rupture de 1 milliard de dollars s’il ne conclut pas l’accord. L’homme considéré comme le plus riche du monde a toutefois affirmé qu’il était toujours fiancé.

Avec Reuters et AP