Economie

Cuba se bat pour récupérer son emblématique industrie sucrière, touchée par les sanctions américaines.

Autrefois leader sur le marché mondial du sucre, Cuba est loin de récupérer les fructueux volumes de production du passé dans une industrie considérée comme la locomotive économique du pays.

Le sucre, apporté par les conquérants espagnols en 1493, couvrait 80% des exportations cubaines dans les années 1950 et son principal marché était les États-Unis, qui réservaient un contingent préférentiel. Mais depuis six décennies, la situation est différente.

À la fin des années 50, il y avait 161 sucreries à Cuba, dont 131 appartenaient à de riches Cubains et représentaient 60% de la production, contre 37% par des hommes d’affaires américains.

Après le triomphe de la révolution cubaine en 1959, les plantations de canne à sucre ont été nationalisées, même si au début les moulins sont restés entre les mains de leurs propriétaires. L’objectif était de diversifier une économie centrée sur la monoculture et de mettre fin à la dépendance vis-à-vis de l’acheteur américain.

À cette époque, la production annuelle de sucre atteignait 5,6 millions de tonnes. Dans les meilleures saisons entre 1970 et 1989, il a atteint sept à huit millions. Cette année, j’espère qu’il atteindra un million.

Le système sucrier cubain est vital pour 600 communautés qui en dépendent. Quelque 1,2 million de personnes vivent directement ou indirectement de ce secteur sur l’ensemble de l’île. Mais au cours des dernières décennies, le niveau de production qui l’a rendu célèbre dans le monde n’a cessé de décliner.

Une industrie touchée par les sanctions et le retard technologique

L’industrie sucrière de Cuba n’a pas réussi à décoller depuis son effondrement le plus notable dans les années 1990. Sur les 156 usines en activité qui restaient en 1959, 56 survivent et 38 seulement sont en train de moudre pendant la récolte 2020-2021.

Les autorités cubaines ont déclaré que les mesures imposées par les États-Unis sur l’île affectaient considérablement le système sucrier.

L’embargo financier et commercial des États-Unis a généré des pertes de l’ordre de 125 000 millions de dollars – selon les estimations de La Havane – et l’impossibilité d’accéder au marché du pays nord-américain.

À cela s’ajoutent l’obsolescence technologique, le manque d’engrais et de carburants, la faible disponibilité financière, entre autres. Les agriculteurs des moulins ont besoin d’équipements et de pièces qu’ils ne peuvent pas acheter aux entreprises américaines. Et, pour planter de la canne à sucre, ils ont besoin d’engrais et d’herbicides. Mais peu de cela est disponible.

Vue de l'intérieur de l'Azucarero Central Boris Luis Santa Coloma, qui reste au chômage dans sa production de sucre, le 29 avril 2021 à Madruga, Mayabeque (Cuba).
Vue de l’intérieur de l’Azucarero Central Boris Luis Santa Coloma, qui reste au chômage dans sa production de sucre, le 29 avril 2021 à Madruga, Mayabeque (Cuba). EFE – Ernesto Mastrascusa

Avec EFE et AP