Economie

Cuba plonge dans l’économie de marché avec la légalisation des petites entreprises

Des milliers de petites et moyennes entreprises pourront rejoindre l’économie dans les prochains mois, dans le cadre de l’une des réformes économiques les plus importantes menées par le gouvernement communiste de l’île depuis le début de la nationalisation dans les années 1960.

Cette semaine, le gouvernement de Cuba a donné les détails d’une réforme qui permettra la création de petites et moyennes entreprises pour la première fois depuis 1968, mettant fin au vide juridique dans lequel beaucoup existent depuis des années sur l’île.

La loi s’appliquera également aux petites et moyennes entreprises publiques, ouvrant la voie à la décentralisation de certaines activités et forçant les opérations subventionnées à devenir rentables, selon les économistes cubains.

Le samedi 7 août, le Conseil d’État de Cuba a approuvé huit décrets-lois qui régissent les réglementations approuvées en juin par le président Miguel Díaz-Canel, et qui les classe à leur tour en micro, petit et moyen, selon le nombre d’employés .

Cuba
Cuba ©France24

Les entreprises peuvent être publiques, privées ou mixtes, bien que celles des secteurs considérés comme « stratégiques » pour l’État tels que la santé, les télécommunications, l’énergie, la défense, la presse et d’autres qui étaient déjà interdits aux travailleurs indépendants dans le pays soient considérées illégal.

Le ministre de l’Économie, Alejandro Gil, a déclaré mercredi lors d’une présentation télévisée que les mesures mettraient les entreprises publiques et privées sur un pied d’égalité pour rivaliser, travailler ensemble et créer des coentreprises, comme dans les pays capitalistes.

C’est ainsi que les nouvelles MPME pourront accéder au système de gros de l’État, importer et exporter, fixer les prix et attirer les investissements étrangers, mais dans un environnement d’affaires dominé par l’État où ces activités resteront fortement réglementées, selon plusieurs ministres qui ont comparu. avec Gil.

En outre, les entreprises sont limitées à 100 employés au maximum et les personnes ne peuvent en posséder qu’un seul, selon un décret-loi publié par le Conseil d’État au début du mois.

Cependant, c’est une étape bienvenue pour de nombreux hommes d’affaires et la plupart des économistes qui appellent depuis longtemps à des réformes de ce type pour sortir le pays de la crise économique qui a été exacerbée par la pandémie de Covid-19.

Avec Reuters et EFE