Economie

Cuba donne son feu vert à la création d’entreprises privées

Une série de normes et de résolutions qui organisent le travail indépendant de l’État et incluent la reconnaissance des micro, petites et moyennes entreprises de l’île entreront en vigueur le 20 septembre, ouvrant la possibilité aux Cubains de créer leurs propres entreprises et même embaucher des employés.

Une porte vers le présent. Après cinq décennies, les Cubains pourront ouvrir des petites et moyennes entreprises privées et même aspirer à embaucher des employés, dans le cadre d’une série de mesures d’ouverture économique reportées depuis des années.

A partir du 20 septembre et selon le décret-loi 46, différents types de propriétés et d’acteurs économiques appelés « acteur qui affecte la transformation productive du pays » seront reconnus et se verront attribuer la forme de société à responsabilité limitée, SRL.

Le décret établit que les plus petites entreprises peuvent avoir de 1 à 10 salariés et les grandes jusqu’à 100. Elles doivent être préalablement immatriculées au registre du commerce et agréées par le ministère de l’Économie. Dans la nouvelle disposition économique, le gouvernement cubain autorisera toutes les activités, à quelques exceptions près, telles que la publication de journaux ou de magazines, l’éducation ou celles liées à des professions telles que les architectes ou les avocats.

« Il y avait un euphémisme pour appeler un restaurateur alors qu’il avait embauché 70 travailleurs. Dans la pratique, il était déjà nécessaire de créer des sociétés juridiques. Je pense que l’aspect positif de ces normes juridiques est qu’elles sont arrivées », déclare l’économiste Omar Everlenys Pérez.

Pour certains entrepreneurs comme Carlos Gómez, propriétaire de « Wajiros Films », une société de production audiovisuelle, les réformes sont bien accueillies. « Cette tranquillité de me sentir protégé et de sentir que je peux réaliser mon rêve d’avoir une entreprise ici dans mon pays, à Cuba. Quel que soit l’obstacle, les difficultés, pour moi c’est réconfortant », ajoute Gómez.

Carlos Gómez, 35 ans, propriétaire de la société de production audiovisuelle Wajiros Films, pose pour une photo dans la salle de montage de sa société à La Havane, Cuba, le jeudi 2 septembre 2021.
Carlos Gómez, 35 ans, propriétaire de la société de production audiovisuelle Wajiros Films, pose pour une photo dans la salle de montage de sa société à La Havane, Cuba, le jeudi 2 septembre 2021. © Ramon Espinosa / AP

“Estaríamos más organizados porque después de haber pertenecido a una gran empresa- el Estado-, perteneceríamos a una empresa más pequeña, por lo que estaríamos más organizados, mejor administrados y tendríamos mejores funciones y resultados”, dice Yuliet Legrand, vendedora de joyas en Havana.

Les règles ne sont pas nouvelles : elles avaient été supprimées en 1968 lors d’une offensive du gouvernement communiste contre la propriété privée. Les dirigeants cubains ont toujours été contre l’activité économique privée, la décrivant comme un mal nécessaire pour fournir des emplois et des services que l’État ne pouvait pas fournir.

Ces réformes interviennent après la crise politique qui a déclenché les manifestations de l’opposition en juillet, lorsque des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour rejeter les pénuries et les coupures de courant. En 2020, le produit intérieur brut (PIB) de l’île a chuté de 11%.

Avec PA