MADRID, 23 décembre (EUROPA PRESS) –

Cinq personnes ont été interpellées à Nancy, Vandœuvre-lès-Nancy et Toul, en Meurthe-et-Moselle, près de Metz, dans le nord-est du pays, et sont déjà interrogées.

Des policiers de la Sous-direction antiterroriste (SDAT) et de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont lancé l’opération après avoir détecté un « projet inquiétant », selon des sources policières citées par la télévision française BFMTV.

Les suspects ont été arrêtés vendredi et la Police dispose d’un délai initial de 96 heures avant le traitement judiciaire de l’arrestation, extensible à 144 heures en cas de risque terroriste imminent.

Il s’agit de cinq hommes âgés de 20 à 23 ans qui appartiendraient au « mouvement islamiste ». L’un d’eux aurait été détenu dans sa chambre sur un campus universitaire, selon le journal régional L’Est Républicain.

Les cinq hommes ont été arrêtés dans le cadre d’une enquête ouverte pour « association de malfaiteurs terroristes en vue de préparer la commission d’un ou plusieurs délits de préjudice corporel ».

Ces arrestations interviennent après que le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a demandé vendredi aux préfets de « maintenir une extrême vigilance » à l’occasion des célébrations de Noël et de l’Epiphanie, en raison du « niveau très élevé de menace terroriste qui continue d’exister ». .

La France est au niveau d’alerte le plus élevé du système antiterroriste Vigipirate depuis le 13 octobre, date à laquelle le professeur de français Dominique Bernard a été assassiné dans un lycée d’Arras, poignardé par un ancien élève radicalisé.

A lire également