Sport

Cavendish polit votre placage; Van der Poel continue en tant que leader du Tour

Le Britannique, rejoint in extremis par l’équipe Deceuninck-Quick Step, a confirmé sa résurrection et remporté sa 31e victoire sur le Tour de France, cinq ans après son dernier succès. Après un sprint propre, il n’y a eu aucun changement au général, emmené par le Néerlandais Mathieu van der Poel.

D’être sur le point de ne pas participer à l’écriture d’un nouveau chapitre de sa prolifique histoire du Tour de France. La victoire de Mark Cavendish dans la quatrième étape n’en était pas une de plus, mais elle confirme la résurrection du cycliste britannique.

Cavendish fue incluido en la alineación del Deceuninck-Quick Step para el Tour a último momento, luego de que el irlandés Sam Bennett -ganador del maillot verde de la regularidad en 2020- fuera descartado por su mal estado de forma y algunas desavenencias con el jefe Équipe.

Et le joueur de 36 ans né sur l’île de Mann, a répondu à la confiance avec un triomphe notable dans la quatrième étape du retour français le 29 juin, après avoir bouclé le 150 avec un temps de 3 heures, 20 minutes et 17 secondes. kilomètres de parcours entre Redon et Fougères.

Celui que beaucoup considèrent comme le meilleur sprinteur de l’histoire a de nouveau levé les bras à l’arrivée du Tour de France après cinq ans, après la victoire remportée à Villars-les-Dombes le 16 juillet 2016. Il s’agit de son 31e succès en la ronde de gala, plaçant 3 du record du Belge Eddy Merckx.

C’est pourquoi, lorsqu’il a laissé derrière lui le Français Nacer Bouhanni (Arkéa-Samsic) et le Belge Jasper Philipsen (Alpecin-Fenix), l’émotion s’est emparée de Cavendish, qui fin 2020 a flirté avec la retraite après des années de hauts et de bas. par la combinaison de problèmes physiques et d’une dépression diagnostiquée en août 2018, selon lui-même commenté.

« Je ne sais pas quoi dire », a déclaré Cavendish, qui est arrivé au Tour avec l’épaulé-jeté de trois victoires sur le Tour de Turquie en avril.

« Le simple fait d’être ici est assez spécial. Je ne savais pas que je reviendrais sur cette course. Honnêtement, je pensais que je ne reviendrais jamais (sur le Tour), mais les étoiles se sont alignées d’une manière ou d’une autre », a admis le Britannique.

« Nous ne savions pas que nous allions arriver ici, mais nous voyons de quelle équipe il s’agit. Beaucoup de gens ne croyaient pas en moi, mais ces gars-là le font », a-t-il souligné.

Journée tranquille pour les favoris, Mathieu van der Poel reste leader

Dans la lutte pour le maillot jaune, les favoris ont fait une pause, en vue du contre-la-montre de mercredi et après trois jours consécutifs marqués par des chutes.

C’est pourquoi la quatrième et dernière étape en région Bretagne a débuté par une manifestation de cyclistes. Toutes les équipes ont ralenti dans la partie neutralisée et se sont arrêtées pendant environ une minute pour exiger de meilleures conditions pour éviter les accidents.

Concrètement, les concurrents demandent d’allonger la zone de sécurité aux arrivées de 3 à 5 kilomètres pour minimiser les risques.

Après cela, seul le Belge Brent van Moer (Lotto-Soudal) – qui était à 200 mètres de couronner une échappée de 140 kilomètres – a rompu la monotonie de la course.

Au classement général, le Belge Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix) est toujours vêtu de jaune, avec 8 secondes d’avance sur le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step), qui espère que l’effort pour localiser Cavendish ne passe pas. lui facture.

A la troisième place, à 31 secondes, figure l’Equatorien Richard Carapaz (Ineos-Grenadiers), le mieux placé du groupe considéré par les analystes comme un candidat à la victoire du Tour. Le champion en titre, le Slovène Tadej Pogacar, est à huit secondes du Latino-Américain.

Le contre-la-montre met les favoris à l’épreuve

La cinquième étape du Tour de France signifiera la première épreuve pour les candidats au titre, qui devront affronter un long contre-la-montre, de 27,2 kilomètres, qui pourra accueillir les morceaux pour le reste de la course.

Bien que l’arrivée à Paris soit encore loin, l’épreuve chronométrée anticipée -dont la durée n’avait pas été vue dans la première semaine d’un Tour depuis 2008-, quelque chose d’inhabituel dans ce type de compétition, servira d’évaluation des forces de les cyclistes.

Le parcours de Changé à Laval comportera une première partie avec plusieurs petites pentes, mais la section finale comportera de longs faux plats, ce qui favorisera les sprinteurs.

Le Britannique Geraint Thomas (Ineos-Grenadiers) et le Slovène Primoz Roglic (Jumbo-Visma) sont deux des cibles visées pour remporter l’épreuve individuelle chronométrée et ainsi rattraper le temps perdu à cause des chutes brutales de la troisième étape. Précisément, l’inconnu est l’état physique des deux après avoir subi ces coups.

Il faut aussi noter le susdit Carapaz, le défenseur de la couronne Pogacar et le Colombien Rigoberto Urán (Education First-Nippo), qui vient de remporter le Tour de Suisse et met des jetons à cette étape.

Avec EFE et Reuters

Notre guide avec profils, étapes et itinéraires pour le TDF 2021.
Notre guide avec profils, étapes et itinéraires pour le TDF 2021. ©France24