Economie

Au Royaume-Uni, il n’y a pas seulement un manque de chauffeurs, mais aussi de bouchers

Dans ce pays, la pénurie de chauffeurs et autres professionnels qualifiés est devenue évidente en raison de la pandémie et du Brexit. Les stations-service terminent une semaine sèche et le secteur de la viande commence à souffrir d’une pénurie de personnel.

Les longues files d’attente et même les bagarres dans les stations-service ou les conducteurs qui accumulent du carburant dans des bouteilles d’eau sont des scènes qui deviennent déjà courantes au Royaume-Uni.

Une grande partie des stations-service britanniques connaissent une semaine chaotique d’achats de panique, après qu’une grave pénurie de chauffeurs de pétroliers a brutalement perturbé les chaînes d’approvisionnement.

Mais la crise du personnel au Royaume-Uni ne concerne pas seulement les chauffeurs, mais les professionnels en général. Le Brexit et la pandémie se sont combinés cette année pour laisser une grave pénurie de main-d’œuvre dans l’économie britannique.

Le secteur de la viande a déjà commencé à émettre des alertes sur la nécessité imminente d’abattre des milliers de porcs faute de personnel pour les transformer.

Dans des déclarations au journal ‘The Times’, l’Association britannique des transformateurs de viande (BMPA, pour son acronyme en anglais) assure qu’il y a un déficit de 15 000 bouchers pour travailler principalement dans les transformateurs.


Cela signifie, selon le syndicat, que les professionnels actifs ne peuvent se consacrer qu’à l’approvisionnement des supermarchés en coupes de viande de base et ne peuvent pas se concentrer sur des produits de Noël plus laborieux comme le jambon ou le bacon.

Vendredi 1er octobre, l’industrie porcine britannique a imploré les détaillants de continuer à acheter du porc local et non le moins cher de l’Union européenne, arguant que dans ce cas, les entreprises feraient faillite.

La crise menace d’autres secteurs

Bien que le Gouvernement espère que la crise du carburant ne durera qu’une semaine de plus, la pénurie de transporteurs, et en général de travailleurs qualifiés, affecte également d’autres secteurs de l’économie, qui craignent de ne pas recevoir les fournitures nécessaires face à Noël ou , dans le cas de l’industrie hôtelière, qu’ils n’auront pas assez de personnel pour maintenir les entreprises ouvertes.

Pour faire face à la situation, l’exécutif a délivré quelque 5 000 visas temporaires pour les travailleurs étrangers et espère en octroyer 1 000 autres pour faire face au déficit de bouchers.


Cependant, cela ne semble pas suffisant. L’Association des détaillants d’essence (PRA) a déclaré que 26% des stations-service étaient à sec vendredi, 27% n’avaient qu’un seul type d’essence en stock et 47% avaient suffisamment d’essence et de diesel.

Pendant ce temps, la grave pénurie de bouchers laisse encore jusqu’à 150 000 porcs qui auraient déjà dû être abattus dans les fermes.

Avec EFE et Reuters