Sport

Arirne Titmus surprend et bat Katie Ledecky au 400m nage libre

La natation et le triathlon étaient deux des sports mis en avant en cette troisième journée des JO de Tokyo. Une démonstration de la nageuse américaine Katie Ledecky sur 400 m nage libre était attendue, puisqu’elle avait remporté cinq médailles à Rio. Mais elle a été dépassée par l’Australienne Ariarne Titmus. De son côté, le Britannique Adam Peaty au 100 mètres brasse a confirmé son titre. En triathlon, le Français Vincent Luis n’a pas décroché de médaille dans une épreuve dominée par le Norvégien Kristian Blummenfelt.

Les JO de Tokyo continuent dans leur troisième journée avec leur lot de sensations, d’émotions et de surprises dans tous les domaines. Aujourd’hui, les médailles sont en jeu dans une grande variété de disciplines comme la natation, le triathlon ou le skate féminin. Encore une fois, la journée à Tokyo a commencé avec des températures très élevées, supérieures à 30 degrés, ce qui complique les performances des athlètes en compétition en extérieur.

Après le tableau des médailles mis à jour, l’actualité la plus marquante de Tokyo 2020, ce lundi 26 juillet :

  • En natation féminine, Katie Ledecky a perdu son titre au 400 libre

Après la sensation du Tunisien Ahmed Hafnaoui dans le 400 mètres nage libre masculin, la course féminine sur cette même distance a également réservé un résultat surprenant. Toutes les prédictions étaient pour une victoire de la nageuse américaine Katie Ledecky, qui avait remporté cinq médailles aux Jeux olympiques de Rio en 2016. Quatre d’entre elles en or.

Après les 100 premiers mètres, l’Américain prend la tête de la course jusqu’aux cinquante derniers mètres, quand l’Australien Ariarne Titmus accélère et dépasse Ledecky. Titmus a terminé premier en 3’56 »69 devant Ledecky, qui a obtenu 3’57 »36, et le chinois Bingjie Li, en 4’01 »08. L’Australienne confirme que son titre de championne du monde du 400 mètres en 2019 n’était pas un hasard.

La nageuse australienne Ariarne Titmus regarde l'Américaine Kathleen Ledecky lors de la finale du 400 mètres de nage libre aux Jeux olympiques de Tokyo le 26 juillet 2021.
La nageuse australienne Ariarne Titmus regarde l’Américaine Kathleen Ledecky lors de la finale du 400 mètres de nage libre aux Jeux olympiques de Tokyo le 26 juillet 2021. © Stefan Wermuth / Reuters

Cependant, la journée ne fait que commencer pour Katie Ledecky, qui, dans sa quête de quatre nouvelles médailles, disputera les séries du 200 mètres nage libre et du 1 500 mètres nage libre plus tard dans la journée.

  • Le Britannique Adam Peaty confirme son titre à Rio sur 100 mètres brasse

Il était aussi un favori et n’a pas échoué. Adam Peaty, le meilleur nageur de brasse qui détient le record du monde du 100 mètres dans cette modalité et qui est devenu champion olympique aux Jeux de Rio 2016, a de nouveau gagné à Tokyo. Le Britannique a dominé toute la course pour ajouter une médaille d’or de plus à sa collection, avec un temps de 57 »37. Le Néerlandais Arno Kamminga remporte la médaille d’argent en 58 »00 et l’Italien Nicolo Martinenghi le bronze en 58 »33.

Le Britannique Adam Peaty célèbre sa victoire pour remporter l'or lors de la finale du 100 m brasse hommes lors des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 au Centre aquatique de Tokyo le 26 juillet 2021.
Le Britannique Adam Peaty célèbre sa victoire pour remporter l’or lors de la finale du 100 m brasse hommes lors des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 au Centre aquatique de Tokyo le 26 juillet 2021. Attila KISBENEDEK AFP

Au 100 mètres papillon féminin, c’est la Canadienne Margaret MacNeil qui a remporté la médaille d’or avec un temps de 55 »59. La Chinoise Yufei Zhang et l’Australienne Emma McKeon l’accompagnent sur le podium.

Au relais 4×100 libre masculin, les États-Unis ont remporté une nouvelle médaille d’or. Après le premier relais, les Américains emmenés par Caleb Dressel devancent les Français et les Russes. Dans le deuxième relais, le Français Florent Manaudo semblait mener la course, mais la France était toujours deuxième. Plus tard, dans les deux derniers relais, les nageurs nord-américains ont accentué leur avantage pour passer l’épreuve en 3’08 »97 devant une formidable équipe d’Italie, deuxième en 3’10 »11 et australienne en 3’10’ ‘ 22. La France chute à la sixième place en 3’11 »09.

  • Tristesse française en triathlon, l’or pour la Norvège

En triathlon, le Français Vincent Luis était le favori pour être le double champion du monde de cette discipline. Mais comme cela s’est produit à Londres et à Rio, le Français n’a pas réalisé son rêve d’or olympique.

Tout semblait bien commencer pour le clan français puisque Vincent Luis prenait la tête de la course dans l’eau. Il est sorti premier après les 950 premiers mètres de nage. Dans la seconde moitié du 550 mètres, le Français a continué de mener l’épreuve juste devant le Russe Dmitry Polyanski et l’Allemand Jonas Schumberg.

Luis a commencé la balade à vélo de 40 kilomètres à la tête d’un groupe d’une douzaine de triathlètes, dont le Britannique Jonathan Brownlee et le Sud-Africain Henri Schoeman, deuxième et troisième aux Jeux olympiques de Rio 2016. Ce groupe avait environ 20 secondes sur un groupe plus important d’environ 20 coureurs essayant pour rattraper le premier.

Après 20 kilomètres à vélo, le Luxembourgeois Stefan Zachaus a essayé de partir seul. Mais il n’a jamais réussi à avoir plus de 10 secondes d’avance sur ses poursuivants. Puis, au kilomètre 30, le Suisse Andrea Salvisberg n’a pris que la tête de la course et a pu prendre un écart de 21 secondes sur le groupe de poursuivants de 37 triathlètes.

Lors du passage à la course à pied, les Suisses ont gardé environ 15 secondes d’avance sur le groupe de favoris, mené par le Britannique Alex Yee. Rapidement, Yee a rattrapé Salvisberg et a mené le premier des quatre tours à pied. Dans le deuxième tour, le Français Dorian Coninx a commencé à mener un groupe d’une dizaine de triathlètes, coupant plusieurs coureurs comme Vincent Luis, qui était à environ cinq secondes de distance. Et petit à petit, les Français ont perdu du temps.

À mi-parcours de la course à pied, Yee menait la compétition en imposant son rythme qui réduisait progressivement le groupe de tête. Ils étaient six lorsque le Norvégien Kristian Blummenfelt a accéléré pour rester avec Yee et le Néo-Zélandais Hayden Wilde. Au début du dernier tour de marche de 2,5 km, les trois avaient déjà créé une bonne différence par rapport au reste des athlètes.

Blummenfelt a mis une nouvelle accélération dans le dernier tour pour remporter l’or en 1h45’04, onze secondes devant le Britannique Yee (argent) et vingt secondes devant le Néo-Zélandais Wilde (bronze). Vincent Luis a terminé 13e à 1’20 » du vainqueur. Le meilleur latino-américain était le Chilien Diego Moya, qui s’est classé 30e.

Après avoir reçu sa médaille d’or, le Norvégien a été évacué en fauteuil roulant, incapable de marcher, preuve de l’effort qu’il a fourni pour remporter le titre.

  • En sports collectifs, la France continue avec de bons résultats en phase de poules

En handball, l’équipe de France a remporté son match de poule contre le Brésil (34-29), la deuxième victoire en deux matchs des Français après leur triomphe face à l’Argentine. Au contraire, le Brésil est sixième et dernier du groupe avec deux défaites en deux matches.

En volley-ball, le Venezuela a perdu son deuxième match du tournoi contre l’Iran (0-3). Avec deux défaites en deux matchs, l’équipe vénézuélienne occupe la dernière case de son groupe emmené par l’Iran.

En football, déception pour l’équipe mexicaine qui s’est inclinée 2-1 face au Japon. Après deux matchs, dans ce groupe, le Japon est premier avec 6 points devant le Mexique et la France, tous deux avec 3 points. La dernière journée, mercredi prochain, le 28 juillet, sera décisive et le Mexique affrontera l’Afrique du Sud, tandis que la France affrontera le Japon.