Sport

à l’agonie, l’Espagne et l’Italie sont les premiers à obtenir un billet pour Wembley

Espagnols et Italiens se sont qualifiés lors de la première journée des quarts de finale du concours disputé sur le Vieux Continent. La Roja a fait match nul 1-1 avec la Suisse après avoir subi une inefficacité en prolongation, mais a gagné 3-1 aux tirs au but ; tandis qu’Azzurri a battu la Belgique 2-1 dans le plat principal de la journée et a enfilé le costume du candidat. Le 6 juillet, ils se retrouveront au mythique stade londonien pour se faire une place en finale.

La phase des huit meilleurs de l’édition actuelle de l’Eurocopa a commencé avec deux soirées à haute composante émotionnelle. Bien que le niveau des matchs d’aujourd’hui soit plus bas dans le football que la compétition fournie ces derniers jours, les développements étaient pleins d’assaisonnements épiques.

Au premier tour, l’Espagne a dû battre une équipe granitique et pragmatique comme la Suisse, qui avait la figure marquante de l’après-midi comme gardien de but. Malgré cela, ceux dirigés par Luis Enrique ont réussi à se classer parmi les quatre premiers du tournoi aux tirs au but.

Lors du deuxième match de la journée, l’Italie a confirmé ses intentions de titre et a revalidé son statut de candidat en battant la Belgique 2-1, l’une des équipes les plus fortes de l’Euro et avec des aspirations au championnat. Ceux menés par Roberto Mancini ont affiché leur football renouvelé en première mi-temps et ont su souffrir pour résister aux attaques du complément.

La Roja et Azzurri joueront la première demi-finale le mardi 6 juillet, lorsque les équipes historiques s’affronteront au stade de Wembley à Londres pour une place en finale.

Les pénalités, la clé pour l’Espagne de battre Yann Sommer

Le stade Krestovski de Saint-Pétersbourg a été le théâtre de l’ouverture des quarts de finale de l’Euro 2020. La Suisse et l’Espagne se sont rencontrées après s’être engagées dans des matchs animés au tour précédent.

Dans un match régné par la parité, c’est la Roja qui a décroché le billet pour Wembley, mais pour cela il a dû souffrir face au but invaincu du gardien Yann Sommer, notamment en prolongation.

Au début du match, la position de la Suisse était d’accorder la possession du ballon à l’Espagne et de se replier sur son propre terrain, pressant la sortie des défenseurs espagnols, réduisant les espaces des milieux de terrain et attendant une défaite pour lancer des contre-attaques rapides.

Malgré quelques allusions de Xherdan Shaqiri et Haris Seferovic qui n’ont pas créé de réel danger, l’avantage est venu rapidement pour l’Espagne. Après un corner préparé, Jordi Alba a décoché un tir qui a dévié à Denis Zakaria, a délogé Sommer et a marqué le 1-0 pour ceux menés par Luis Enrique.

En tête du tableau d’affichage, la domination ibérique s’est accentuée. La Suisse a tenté de sortir pour trouver l’égalité, mais sans ressources pour déranger le rival. De plus, la blessure qui a contraint Breel Embolo à quitter le terrain de jeu à la 20e minute a accentué le manque d’idées offensives. Au fil du temps, la rencontre est tombée à un plateau. Peu d’occasions de marquer, un contrôle territorial de la Suisse, mais aucune action qui obligerait les gardiens à participer.

Dans le complément, la tendance de développement a changé. Dans un autre état d’esprit, les hommes du bosniaque Vladimir Petkovic ont encerclé l’Espagne contre leur surface. Même sans chances nettes de marquer, la domination suisse avait un autre sens face à un adversaire qui ne s’est pas fait mal lors de la contre-attaque.

Une tête de Zakaria qui frôlait le poteau droit de Simón et un tir de Steven Zuber qui était sauvé par le gardien de but étaient des avertissements de ce qui se passerait quelques minutes plus tard. Après un échec des défenseurs espagnols, Remo Freuler a capté un ballon dans la surface et a aidé Shaqiri à signer, sans opposition, le match nul.

La parité rétablie, l’Espagne a réactivé son contrôle face à la passivité de la Suisse. Cependant, ils n’ont pas été en mesure de créer un réel danger jusqu’à ce que Freuler soit expulsé, qui a vu un rouge direct pour une infraction contre Koke et a laissé son équipe avec un de moins avec 20 minutes restantes et une prolongation.

Des footballeurs espagnols sortent pour célébrer après le penalty de Mikel Oyarzábal contre la tristesse des Suisses au stade Krestovski, à Saint-Pétersbourg, en Russie, le 2 juillet 2021.
Des footballeurs espagnols sortent pour célébrer après le penalty de Mikel Oyarzábal contre la tristesse des Suisses au stade Krestovski, à Saint-Pétersbourg, en Russie, le 2 juillet 2021. © Reuters / Maxim Shemetov

Les heures supplémentaires ont engendré le « spectacle » de Sommer

La seule explication pour La Furia ne pas rester avec le jeu en prolongation était le niveau exorbitant affiché par le gardien de but. Avec son équipe complètement retirée, sans les attaques de Shaqiri et Seferovic, ni la dynamique de Freuler, la stratégie reposait sur la résistance défensive soutenue par lui.

Deux minutes plus tard, Jordi Alba pénétrait la dernière ligne rivale et envoyait un centre précis pour que Gérard Moreno, au sommet de la petite surface, sorte une volée touchée sur le poteau. Ensuite, Moreno lui-même a répété un tir puissant que Sommer a dévié vers le corner par pur réflexe.

Une tête erratique d’Aymeric Laporte et un tir placé de Mikel Oyarzábal étaient deux occasions claires qu’ils ne pouvaient pas briser le verrou du gardien. La fatigue à la traîne, l’Espagne s’est résignée aux pénalités.

Là, la hiérarchie offensive de La Furia a fait la différence. Après que Sergio Busquets ait écrasé sa définition au poteau, Dani Olmo, Moreno et Oyarzábal ont exécuté Sommer, qui contenait le tir de Rodrigo Hernández. La fameuse précision suisse n’est pas apparue sur le point de penalty : trois des quatre tirs n’ont pas abouti à un but, Mario Gavranovic étant le seul à pouvoir marquer.


La nouvelle génération d’Italie a mis la Belgique sur le plat principal du jour

L’Allianz Arena de Munich a été le lieu où le sang frais des Azzurri a donné une importante confirmation de son grand moment en éliminant l’équipe de l’Espagnol Roberto Martínez. C’est un 2-1 travaillé en première mi-temps qui a fini par être subi dans les dernières minutes du match. Ainsi, les Italiens étendent leur invaincu à 32 matchs et les victoires consécutives atteignent déjà 13.

La tendance du début avait l’Italie comme dominatrice du ballon et avec la concession du terrain avant le retrait de la Belgique. Cependant, il était difficile pour Mancini de s’adapter au rythme du développement. Dans les premières actions, les Belges ont montré leurs cartes avec les connexions entre Kevin de Bruyne et Romelu Lukaku, qui, à force de puissance, ont forcé la réponse de Gianluigi Donnarumma à un tir bas.

La réponse italienne ne s’est pas fait attendre. Au quart d’heure, Leonardo Bonucci a marqué un but en poussant un ballon qui était auparavant dévié à Giovanni di Lorenzo et a été refusé pour position avancée grâce à la mise en place de la VAR.

Alors que les Azzurri s’installaient, battre Donnarumma était l’obstacle que la Belgique a trouvé pour briser la parité. Le gardien milanais a dévié un tir puissant de De Bruyne en corner lors d’une contre-attaque. Ce serait la dernière intervention des Diables Rouges dans la première étape, car la domination italienne est devenue totale quelques instants plus tard.

A la 30e minute, un mauvais départ de Thomas Vermaelen intercepté à l’entrée de la grande surface a permis à Nicolò Barella de reprendre le ballon, de dribbler trois adversaires dans des espaces restreints et de répéter une définition puissante et inaccessible pour Thibaut Courtois. De l’avantage, la supériorité augmentait.

Dans un contexte homogène, le parti faisait marche arrière comme l’Italie le voulait. De plus, à 44, Lorenzo Insigne a coupé de gauche à droite et, de l’extérieur de la surface, a pris un droit flétri pour porter l’écart à 2-0 avec un tir de catégorie.

Cependant, la fin de la première mi-temps aurait un chapitre de plus : l’arbitre slovène Slavko Vinčić a sanctionné une faute controversée de Di Lorenzo contre Jeremy Doku et a donné à la Belgique la possibilité d’escompter un penalty. Lukaku n’a pas épargné Donnarumma et a fait 1-2.

"Les joueurs italiens célèbrent leur qualification pour les demi-finales après avoir battu la Belgique au stade de Munich, en Allemagne, le 2 juillet 2021.
« Les joueurs italiens célèbrent leur qualification pour les demi-finales après avoir battu la Belgique au stade de Munich, en Allemagne, le 2 juillet 2021. © Reuters – Christof Stache.

Spinazzola, l’homme du complément qui a évité la cravate et est parti en pleurant

L’arrière gauche Leonardo Spinazzola a joué dans les actions les plus dramatiques d’une seconde mi-temps qui a permis à l’Italie de résister aux poussées floues de la Belgique dans sa quête d’égalisation.

L’opportunité la plus importante des Belges a été un centre de Nacer Chadli qui a dirigé Lukaku et Spinazzola a servi sur la ligne avec l’arrière de sa jambe droite alors que Donnarumma était déjà battu. L’action de l’équipe qui joue à Rome a réveillé la cataracte de gratitude de ses coéquipiers.

Les gars de Mancini ont fait ressortir l’ADN italien du catenaccio et étaient une force impénétrable pour la Belgique qui avait dans un tir haut et solitaire de Doku leur seule tentative pour retracer le résultat.

A 15 minutes de la fin, une projection exigeante de Spinazzola lui a valu une rupture du tendon d’Achille qui l’a sorti du jeu sur une civière, en pleurs et qui le marginalisera dès la dernière ligne droite du Championnat d’Europe. Bien que, bien sûr, sa contribution au rêve italien ait suffi.