Ecologie

A cinq semaines de la COP26, les jeunes se mobilisent à nouveau dans le monde

A cinq semaines de la COP26, des milliers de jeunes écologistes se mobilisent ce 24 septembre dans des dizaines de pays pour réclamer des mesures urgentes contre le changement climatique et faire pression sur les gouvernements. Des manifestations devraient avoir lieu dans plus de 1 500 endroits à travers le monde. Il s’agit de la plus grande mobilisation depuis fin 2019.

Des milliers de jeunes militants se mobilisent à nouveau ce vendredi 24 septembre dans des dizaines de pays pour réclamer des mesures urgentes contre le changement climatique, à cinq semaines de la COP26.

Cette « grève mondiale contre le changement climatique » vise à faire pression sur les gouvernements à la veille de la 26e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, qui se tiendra à Glasgow du 1er au 12 novembre.

Des manifestations sont prévues dans plus de 1 500 endroits dans le monde, selon Fridays for the Future, l’un des mouvements à l’origine de l’initiative. Il s’agit de la plus grande mobilisation depuis fin 2019, avant que la pandémie de Covid-19 ne ralentisse la dynamique.

« Nous devons voter, ils doivent voter »

La militante écologiste Greta Thunberg a critiqué vendredi les partis politiques pour « ne pas en faire assez » pour lutter contre le réchauffement climatique, dans un discours prononcé devant des milliers de personnes qui se sont mobilisées à Berlin pour défendre l’environnement, à deux jours des élections législatives en Allemagne.

« Oui, nous devons voter, vous devez voter, mais rappelez-vous que voter seul ne suffira pas. Nous devons continuer à descendre dans la rue et exiger que nos dirigeants prennent des mesures concrètes contre le changement climatique », a déclaré le militant suédois.

La militante suédoise pour le climat Greta Thunberg a déclaré à ses partisans qu'ils devaient également maintenir la pression sur les politiciens allemands après les élections.
La militante suédoise pour le climat Greta Thunberg a déclaré à ses partisans qu’ils devaient également maintenir la pression sur les politiciens allemands après les élections. Tobias SCHWARZ AFP

« Cela a été une année et demie très étrange avec cette pandémie, mais évidemment, la crise climatique n’a pas disparu », a déclaré la militante écologiste suédoise Greta Thunberg. « Au contraire, c’est maintenant encore plus urgent qu’avant », a-t-il souligné avant de participer à une marche à Berlin.

Les manifestations ont commencé en Asie et se poursuivront en Europe et en Amérique du Nord.

En Allemagne, à deux jours des élections fédérales, les organisateurs s’attendent à ce que des centaines de milliers de jeunes participent à environ 400 marches.

Pendant ce temps, en Angleterre, la route d’accès au port de Douvres était bloquée par une quarantaine de militants de l’organisation Insulate Britain.

« Personne ne tient ses promesses »

Près de six ans après l’Accord de Paris sur le climat, signé en décembre 2015, qui vise à limiter l’augmentation de la température moyenne mondiale d’ici la fin du siècle à moins de 2 °C, voire 1,5 °C, par rapport aux niveaux préindustriels. , les engagements des États restent bien en deçà des objectifs, comme l’ONU l’a souligné il y a une semaine.

Selon les experts de l’ONU, l’objectif de 1,5°C est totalement hors de portée, puisqu’avec les engagements actuels les émissions de carbone seront 16% plus élevées en 2030 qu’en 2010, alors que les scientifiques estiment qu’elles devraient diminuer de 45% pour éviter le plus effets catastrophiques du changement climatique.

« Tout le monde parle de faire des promesses, mais personne ne les tient. Nous voulons plus d’action », déclare Farzana, une militante écologiste de 22 ans à Dhaka, la capitale du Bangladesh.

Dans la province pakistanaise du Baloutchistan, Yusuf, 17 ans, souligne que la reprise des manifestations est indispensable pour redynamiser la mobilisation. « La dernière fois, tout était virtuel et personne ne faisait attention à nous », a-t-il déclaré.

Cependant, comme l’accès à la vaccination contre le Covid-19 reste très inégal, les militants des pays les plus pauvres n’organiseront que des actions symboliques avec quelques participants.

Avec Reuters

Cet article a été adapté de son original en français